avenir ostéopathie

Dernier événement >
Forum Débat : 10 Mai 2010

Contacts & presse>

liste complète cliquez



Si le CEESO a décidé d'agir, c'est pour assurer à ses étudiants (actuels et futurs) un avenir plus serein. Alerter les pouvoirs publics, inviter les candidats indécis à renoncer à l'ostéopathie, aider ses étudiants lors de l'installation... tout ceci s'inscrit dans une action globale dont voici quelques uns des points forts:

    • Transparence de la communication : Pour que nul n'ignore la situation:
      • Cette page en est l'illustration (le CEESO est le seul établissement à indiquer sans ambigüité que la profession est déjà saturée et à inviter les étudiants à renoncer le cas échéant, à leur projet d'étude dans ce secteur). Ce discours est clairement relayé lors des journées portes ouvertes. Le sujet est par ailleurs abordé lors de l'entretien de sélection. Le candidat doit connaitre la réalité économique avant de se lancer.
      • L'ensemble des coûts de scolarité est publié sur notre site. Le candidat peut mesurer l'investissement en rapport du potentiel (ou du risque).
      • Le nombre d'étudiants inscrits (70 en 2010) et le nombre d'étudiants en fin de cycle (45 en 2010) est connu, afin que l'étudiant puisse connaitre ses chances de réussite dans le cursus et faire un choix "à priori" et non "à postériori".
      • Le but de cette transparence est d'établir un contrat moral avec les étudiants qui nous feront confiance. Ensemble, et dans un esprit de confiance mutuelle, nous pourrons renverser la tendance et faire en sorte que ce métier merveilleux reste un métier riche d'expérience et économiquement viable.
  • Numerus clausus : le CEESO limite le nombre de ses étudiants dès l'entrée. Tous les étudiants qui rentrent au CEESO peuvent (et doivent) réussir. La sélection à l'entrée est la griffe des grandes écoles. Notre cursus est de cinq années (sans prépa), car chaque année d'étude supplémentaire éloigne le candidat de son installation professionnelle. La Grande Bretagne forme ses ostéopathes en quatre ans (ils sont reconnus pour être aussi de bons ostéopathes). Le modèle sur cinq années que nous avons choisi s'inspire du modèle LMD (licence maitrise doctorat), il est nécessaire mais suffisant pour mener des études d'ostéopathie par rapport aux décrets actuels.
  • Ouverture de notre cursus aux étudiants étrangers (Erasmus, passerelle, etc.) pour que les professionnels que nous diplômons reviennent et s'installent dans leur pays d'origine ou que nos étudiants n'aient aucune crainte à s'installer hors de nos frontières. Maidstone (GB) recrute 50 % d'étudiants étrangers. Le CEESO a un objectif plus raisonnable de 25% d'ici trois ans.
  • Favoriser le débat "transversal" : étudiants, professionnels, institutions, etc.; comme l'illustre le débat du 10 Mai.